17 juin 2012

L'Écriture.

J'aime bien écrire.

Depuis longtemps. Depuis que je sais comment faire.

Déjà, j'adore lire. C'est un des meilleurs "coupe-réalité" que j'ai pu expérimenter, alors forcément, c'est assez grisant d'employer le procédé de création qui permet une de tes évasions préférées.

Et puis bon, je ne sais pas m'exprimer.

À l'oral, c'est une catastrophe.
Une vraie bille, un quiche de compèt'.

Les mots s'emmêlent dès que j'essaye de les formuler, je pense trop vite, et je parle de travers. Je bafouille, je begaie, je me répète, je perds les termes que j'aurais aimé dire. 
Et quand par miracle une phrase arrive à tenir debout (sujet, verbe, complément), quand c'est compréhensible, c'est le ton qui ne va pas.
Enfin il paraît.
Moi je ne l'entends pas (ma théorie c'est que j'ai dû être branchée sur une mauvaise fréquence à la naissance). Mais comme c'est le ressenti d'une immense majorité de mes interlocuteurs, j'ai fini par les croire.
Je suis insolente, agressive, hautaine,... Bref, tout un tas de qualificatifs charmants, du genre qui biaisent quand même un brin l'interprétation du contenu que j'ai déjà du mal à assembler.
Je ne peux pas vraiment leur en vouloir de ne pas comprendre ce que je tente de dire. Moi non plus, honnêtement, je ne m'écouterai pas.

Je parle trop vite aussi. Sûrement parce que ça va très vite dans ma tête. Et que si je ne sors pas tout d'un coup, je risque d'en oublier des bouts. Et comment va-t-on me comprendre, me comprendre EXACTEMENT, s'il manque des morceaux ?

Avant d'étudier ce bon vieux Saussure j'ai réalisé que la plupart des gens se parlent sans se comprendre réellement. Ils communiquent, ils utilisent des mots, mais ils ne les investissent pas du même sens profond, que ce soit le mot lui-même, ou l'intonation. Bref, la plupart du temps, quand on écoute les gens se parler, où vous rapporter deux versions d'une discussion, on réalise que quand ils arrivent à fonctionner harmonieusement: c'est un simple hasard. Et ça ne veut pas dire qu'ils se sont compris. Mais ça fonctionne.
Ce qui me rend folle de rage.
Moi mes tentatives échouent lamentablement, alors que j'essaye de mettre dans ma parole tout ce que je peux pour que ça soit le plus proche de ce qu'il y a dans ma tête. Pour que VRAIMENT on entende ce que JE veux dire...
Peut-être que le ton agressif vient de là, du fait que les autres y arrivent si simplement(sans vraiment y arriver parfois...) et pas moi.

Je déteste ce sentiment d'impuissance, je déteste quand je vois une montagne alors que le reste de gens semble voir une simple taupinière. Faire un effort là où ça coule de source pour la majorité, ça veut dire accepter que la plupart du temps, personne ne reconnaisse que c'en est un. D'effort.
C'est comme être sur un autre plan d'existence, ou sur un autre mode de jeu. Sauf qu'il n'est pas question de choix.

Notez bien que tout ça ne m'empêche pas de l'ouvrir. C'est juste que quand je parle, particulièrement quand ça me tient à coeur, je n'arrive pas à faire passer mon message initial. Du moins la plupart du temps.

[..à suivre]

Posté par zoui à 18:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur L'Écriture.

    Je reconnais beaucoup de moi, là-dedans.
    J'ai même parfois du mal à comprendre certaines personnes à cause de leur imprécision ou de ma précision.

    Posté par kortenberg, 09 juillet 2012 à 11:49
  • C'est marrant, je me nomme aussi zoé et je me reconnais beaucoup dans ce qui est écrit: parfois d utiliser un ton approprié pour parler de quelque chose qui nous tient à coeur. Mais je pense que les émotions y sont aussi présentes, dans ce cas. J'ai moi même de la peine à m'exprimer, des fois je parle tout bas et pas très distinctement. Bref, j'espère que la prise de parole devient plus aisée pour vous. Ecrire est malgré tout un beau moyen d'expression!

    Posté par Zozo1904, 05 août 2012 à 21:53
Poster un commentaire